1. Merci AVICII
  2. Le clip de la semaine – « ATM » de J. Cole
  3. Ghost is back
  4. 10 openings d’animes japonais emblématiques
  5. Les 4 tendances vestimentaires
  6. Le clip de la semaine : Dj Snake – Magenta Riddim
  7. Oboy, l’homme à suivre
  8. Skepta choisira la nouvelle génération de air max
  9. Pourquoi Murda va-être est le beatmaker star de 2018?
  10. HORS TENDANCES #2
  11. Le clip de la semaine : Asap Rocky – Asap Forever
  12. Un nouvel album pour les Arctic Monkeys
  13. Que peut-on attendre de « Isolation », le premier album de Kali Uchis ?
  14. K?d: L’américain à surveiller
  15. Une paire, une histoire : La Stan Smith
  16. Le clip de la semaine : Lil Skies – Welcome To The Rodeo
  17. Protégez vos oreilles
  18. La résurgence du Gothique
  19. Virgil Abloh se dirige vers Louis Vuitton
  20. Le clip de la semaine : Migos ft Drake – Walk it,Talk it
  21. TOP 5 : PARIS FASHION WEEK
  22. La culture manga dans le rap français
  23. FUKC: une rencontre
  24. Le clip de la semaine : Damso – Mosaïque Solitaire
  25. Du changement du côté de Burberry
  26. Tubes de couples
  27. Gucci Milan FW
  28. Le clip de la semaine : Camila Cabello – Never Be the Same
  29. Les étoiles montantes du R&B anglais
  30. [Review] Leather Teeth – Carpenter Brut
  31. MONCLER GENIUS /18
  32. Le clip de la semaine : Orelsan – Défaite de famille
  33. Seezy: Le beatmaker surprise de 2018
  34. Drake pourrait quitter Jordan et se tourner vers Adidas
  35. Le clip de la semaine : Gradur – Sheguey 12
  36. Quand Youtube remix Lil Uzi Vert
  37. Le doux rêve de Gabriela Mendez
  38. Jersey Club
  39. Le clip de la semaine : Kendrick Lamar ft. Jay Rock & Future – King’s Dead
  40. Behind The Camera : Jonathan Mannion
  41. Bromance Records : Que sont-ils devenus ?
  42. OFF WHITE PFW AUTUMN/WINTER 2018
  43. Le clip de la semaine : All The Stars de Kendrick Lamar ft SZA
  44. RAP Francais : Ce qui va nous faire vibrer pour 2018
  45. Le vinyle : la multiplicité
  46. Dior Homme PFW Fall 2018
  47. Le clip de la semaine : Famous Dex – Pick It Up Feat. ASAP Rocky
  48. La place de Montréal dans le monde du streetwear #2
  49. Le féminin dans la musique électronique
  50. Le clip de la semaine : Cassie – Don’t Play It Safe
  51. Vivienne Westwood : Légende vivante
  52. [REVIEW] “HUNCHO JACK, JACK HUNCHO”, review d’un album collaboratif
  53. NOS 5 MEILLEURS SHOW DE LA LONDON FASHION WEEK : MENS AW18
  54. Griby (Грибы) : Le rap venu de l’Est
  55. Angel par Ronan Guillou
  56. Le clip de la semaine : Bruno Mars – Finesse (Remix) Feat. Cardi B
  57. Qu’est-il arrivé à Tinashe ?
  58. Stop à la dépigmentation
  59. Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO
  60. Flume X Greenpeace
  61. Quand Graphisme rencontre photographie: GÉRARD IFERT
  62. Le clip de la semaine : Krisy – Belle
  63. Les premières écoutes
  64. Portrait : Ricardo Cavolo
  65. Mirror Mirror
  66. Portrait : Rustie
  67. HORS TENDANCES #1
  68. Le clip de la semaine : Kekra – Envoie La Monnaie 3.0
  69. GTA Tracklist: GTA III
  70. Le streaming musical, un business model taillé pour le 21ème siècle
  71. La lune : le soleil de la nuit
  72. Tout le monde se l’arrache !
  73. Joey Bada$$ nouveau directeur artistique de PONY
  74. LE MONDE PARALLÈLE DE JAMES JEAN.
  75. La techno va t-elle devenir mainstream ?
  76. Le clip de la semaine : London On Da Track- Whatever You On
  77. KOCHÉ : DE LA CENTRAL SAINT MARTINS À NEW YORK EN PASSANT PAR THE COMMUNITY
  78. La place de Montréal dans le monde du streetwear.
  79. Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?
  80. Petra Collins : maîtresse de la couleur
  81. L’artiste : tributaire face au temps
  82. Confession : La house dans tous ses états
  83. Sam Gellaitry : le jeune prodige

Angel par Ronan Guillou

Cet échantillon d’images présente une diversité de l’Homme Américain. Voici quatres personnes totalement différentes mais une armorie se dégage de ces portraits.

La photographie de la femme vêtue d’un tee-shirt rouge s’adresse à l’appareil laissant paraître un léger sourire qui semble en opposition avec son rapport au sol sali et son corps quelque peu dégradé. En effet, on peut voir que cette femme à la peau nue est en contact direct avec la rue. Elle semble faire totalement partie de son environnement, attachée au lieu dans lequel elle est immortalisée. 

À droite vous pouvez voir une femme ayant le visage non-visible et dans la main une partition de musique, Ronan Guillou fait ressortir le quatrième art : la musique. 

La photographie de la femme avachie sur le banc est quant à elle relativement intrigante et nous expose une facette du pays. Son réalisme lui apporte un touchant charme. C’est la fin d’une lutte face à la fatigue qui amène sûrement cette femme à s’abandonner. Ronan a peut être voulu orienter les projecteurs vers ceux qui sont en marge.

La diversité de la photographie de Ronan s’exprime également par le fait qu’il n’immortalise pas uniquement des portraits mais aussi des paysages encore une fois propre à l’Amérique. Ces images présentent un milieu paisible avec peu de passants mettant en avant la structure des villes.  

Dans un cadre ciblé, Ronan Guillou nous offre une palette de l’Amérique variée. Il s’intéresse aux laissés pour compte du rêve américain ce qui rend ses photographies d’autant plus parlantes

Un mot sur Ronan Guillou…

Ronan Guillou est né à Bouar, République Centrafricaine en 1968. Il réside à Paris où il travaille comme photographe depuis 1997. Le terrain de jeu de Ronan est essentiellement l’Amérique. C’est par l’objectif de son appareil qu’il découvre et explore le Texas, le Colorado, l’Alabama, le Mississippi et j’en passe.

À travers ses photographies est transcrite une réelle émotion notamment au sein de ses portraits qui traduisent une culture riche et marquée propre aux Américains.

La lecture des États-Unis par cette artiste lui reste propre, en effet une certaine tranquillité ce dégage de ses photos. 

C’est par le biais des mots délicats de Wim Wenders que Ronan décrit sa philosophie photographique de façon poétique : 

Il arrive que de temps à autres, 

au coeur d’une conversation animée ou d’une réunion bruyante,

un silence soudain se produise.

«  Un ange passe… »

pourrait-on entendre murmurer 

alors que le silence demeure pour encore de toutes petites secondes,

faisant monter chez certains quelques frissons. 

Curieux, n’est-ce pas, qu’une telle expression ne se réfère qu’au silence?

Pourquoi la limiter à l’expérience auditive?

Serait-ce parce que les anges sont invisibles?

Ne sauraient-ils nous donner des signaux visuels

pour annoncer leur présence furtive?

[…]

Laissez-moi vous emmener au gré de ces réflexions fantasques:

si nous transposions cette expression à l’acte de voir?

Quand et dans quelles circonstances dirions-nous

« Un ange passe… »

si vous voyez le phénomène en question, plutôt que de l’entendre?

Qu’auriez-vous besoin de voir

pour y associer la présence d’un ange?

© NO IDENTITY, NO NAME

1 Comment

Dana janvier 9, 2018 at 6:34

J’adore

Leave a Comment

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives