1. Les radios de GTA Vice City
  2. Chanel Cruise 18/19
  3. Baile Funk
  4. Musée Yves Saint Laurent Paris
  5. Le Clip de la semaine : LSD – Genius
  6. Nowadays Records
  7. Post Malone retourne les charts
  8. La techno dans les lieux insolites
  9. Le retour de Kanye West
  10. Le Clip de la semaine : Roméo Elvis – L’amour avec des crocos
  11. Sneakers et Luxe, j’ai mal à mon podologue
  12. Palace revient en force !
  13. Le Diable ne va plus s’habiller en Prada ?
  14. Merci AVICII
  15. Le clip de la semaine – « ATM » de J. Cole
  16. Ghost is back
  17. 10 openings d’animes japonais emblématiques
  18. Les 4 tendances vestimentaires
  19. Le clip de la semaine : Dj Snake – Magenta Riddim
  20. Oboy, l’homme à suivre
  21. Skepta choisira la nouvelle génération de air max
  22. Pourquoi Murda va-être est le beatmaker star de 2018?
  23. HORS TENDANCES #2
  24. Le clip de la semaine : Asap Rocky – Asap Forever
  25. Un nouvel album pour les Arctic Monkeys
  26. Que peut-on attendre de « Isolation », le premier album de Kali Uchis ?
  27. K?d: L’américain à surveiller
  28. Une paire, une histoire : La Stan Smith
  29. Le clip de la semaine : Lil Skies – Welcome To The Rodeo
  30. Protégez vos oreilles
  31. La résurgence du Gothique
  32. Virgil Abloh se dirige vers Louis Vuitton
  33. Le clip de la semaine : Migos ft Drake – Walk it,Talk it
  34. TOP 5 : PARIS FASHION WEEK
  35. La culture manga dans le rap français
  36. FUKC: une rencontre
  37. Le clip de la semaine : Damso – Mosaïque Solitaire
  38. Du changement du côté de Burberry
  39. Tubes de couples
  40. Gucci Milan FW
  41. Le clip de la semaine : Camila Cabello – Never Be the Same
  42. Les étoiles montantes du R&B anglais
  43. [Review] Leather Teeth – Carpenter Brut
  44. MONCLER GENIUS /18
  45. Le clip de la semaine : Orelsan – Défaite de famille
  46. Seezy: Le beatmaker surprise de 2018
  47. Drake pourrait quitter Jordan et se tourner vers Adidas
  48. Le clip de la semaine : Gradur – Sheguey 12
  49. Quand Youtube remix Lil Uzi Vert
  50. Le doux rêve de Gabriela Mendez
  51. Jersey Club
  52. Le clip de la semaine : Kendrick Lamar ft. Jay Rock & Future – King’s Dead
  53. Behind The Camera : Jonathan Mannion
  54. Bromance Records : Que sont-ils devenus ?
  55. OFF WHITE PFW AUTUMN/WINTER 2018
  56. Le clip de la semaine : All The Stars de Kendrick Lamar ft SZA
  57. RAP Francais : Ce qui va nous faire vibrer pour 2018
  58. Le vinyle : la multiplicité
  59. Dior Homme PFW Fall 2018
  60. Le clip de la semaine : Famous Dex – Pick It Up Feat. ASAP Rocky
  61. La place de Montréal dans le monde du streetwear #2
  62. Le féminin dans la musique électronique
  63. Le clip de la semaine : Cassie – Don’t Play It Safe
  64. Vivienne Westwood : Légende vivante
  65. [REVIEW] “HUNCHO JACK, JACK HUNCHO”, review d’un album collaboratif
  66. NOS 5 MEILLEURS SHOW DE LA LONDON FASHION WEEK : MENS AW18
  67. Griby (Грибы) : Le rap venu de l’Est
  68. Angel par Ronan Guillou
  69. Le clip de la semaine : Bruno Mars – Finesse (Remix) Feat. Cardi B
  70. Qu’est-il arrivé à Tinashe ?
  71. Stop à la dépigmentation
  72. Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO
  73. Flume X Greenpeace
  74. Quand Graphisme rencontre photographie: GÉRARD IFERT
  75. Le clip de la semaine : Krisy – Belle
  76. Les premières écoutes
  77. Portrait : Ricardo Cavolo
  78. Mirror Mirror
  79. Portrait : Rustie
  80. HORS TENDANCES #1
  81. Le clip de la semaine : Kekra – Envoie La Monnaie 3.0
  82. GTA Tracklist: GTA III
  83. Le streaming musical, un business model taillé pour le 21ème siècle
  84. La lune : le soleil de la nuit
  85. Tout le monde se l’arrache !
  86. Joey Bada$$ nouveau directeur artistique de PONY
  87. LE MONDE PARALLÈLE DE JAMES JEAN.
  88. La techno va t-elle devenir mainstream ?
  89. Le clip de la semaine : London On Da Track- Whatever You On
  90. KOCHÉ : DE LA CENTRAL SAINT MARTINS À NEW YORK EN PASSANT PAR THE COMMUNITY
  91. La place de Montréal dans le monde du streetwear.
  92. Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?
  93. Petra Collins : maîtresse de la couleur
  94. L’artiste : tributaire face au temps
  95. Confession : La house dans tous ses états
  96. Sam Gellaitry : le jeune prodige

Bromance Records : Que sont-ils devenus ?

Le 11 février 2017, le légendaire label français Bromance Records fermait ses portes. Pendant six ans, la bande de Brodinski a fait bouger la scène underground française, et a vivement porté l’étendard tricolore à l’étranger. Fondé en 2011 avec son ami Gesaffelstein, il choisit ce nom en raison d’une forte amitié envers les autres membres du groupe. Le label de Brodinski a produit de nombreux projets issus d’artistes totalement différents, allant de l’électro expérimentale de Gener8on, en passant par l’univers Eurodance de Panteros666, au désormais célèbre Kaytranada.

Composé de membres plus ou moins actifs au cours de son histoire, on note quand même la présence récurrente de certains artistes comme la bande de nordiste de Club Cheval, ou encore la géniale Louisahhh. Les membres du collectif étaient surtout connus pour la qualité de leurs soirées estampillées au nom du label, ainsi que leur sympathie légendaire. On peut dire qu’ils ont laissé un grand vide derrière eux, et surtout sur la scène électronique française. Malgré une présence toujours importante des anciens d’Ed Banger, la scène francophone a du mal à trouver un équivalent à ce qu’était Bromance en son temps. La fermeture du label a donc été synonyme de ré-orientation du côté de chacun des artistes.

Certains restent silencieux, d’autres ont continué ou expérimenté. Faisons donc le tour de que sont devenus les membres de Bromance.

 

Brodinski :

Louis Rogé de son vrai nom, est le père fondateur et boss du label. On peut même dire que Brodinski a été le leader charismatique de Bromance. Après des années à produire et remixer de la musique plutot club comme Dance Like Machines, Give Me Back The Night ou Hypnotize, il change de registre vers les dernières années du label. En 2015, il sort un album hybride nommé Brava. Entre hip-hop et musique électronique, le succès sera mitigé.

En effet, à l’époque, ce projet est un ovni, car les croisements entre ces genres sont encore rares. La sortie de ce projet annonçait pourtant déjà la suite de son aventure. En effet, il décide de partir vivre à Atlanta, afin de produire des rappeurs. Ce changement total de style a pu surprendre une partie de son public puisque son succès est bien plus discret qu’auparavant. Historiquement, il est probable que ce changement de cap ait eu lieu en 2013.

Cette année-là, il co-produit avec son ami Gesaffelstein, deux morceaux sur l’album Yeezus de Kanye West. Il aura d’ailleurs la chance de travailler avec les Daft Punk sur le morceau Send It Up. Cependant, cette transition a su lui ouvrir des portes. Depuis, il fait sa place petit à petit dans le milieu surchargé des producteurs d’Atlanta.

Il y a 9 mois, il a notamment sorti un EP nommé Brain Disorder et a produit un morceau avec 21 Savage appelé No Target . On peut aussi noter sa présence à Coachella l’an passé, ce qui montre bien qu’il ne tombe pas dans l’oubli outre-atlantique. On espère donc le voir sur des productions majeures de trap music en 2018.

Gesaffelstein :

Présent surtout à la création du label, “Gesa” est une figure emblématique de Bromance. Issu du célèbre label underground Turbo Recordings, il est déjà connu dans le milieu avec ses morceaux Viol ou Control Mouvement ou OPR.

C’est en 2013 qu’il va devenir le membre à succès du label, grâce à son légendaire album Aleph. Sur cet album se trouve une bonne partie de ses plus gros tubes comme Pursuit ou encore Hate Or Glory. Le succès est tel, qu’il terminera d’ailleurs sa tournée à Coachella en 2015. Cette même année, il va nous proposer ce qui reste à l’heure actuelle, ses dernières oeuvres. Il était présent sur un morceau avec Jean-Michel Jarre nommé Conquistador, et avait composé la soundtrack du film Maryland.

Et depuis, plus rien. Pas de concert, de collaboration, ni même d’apparition. En Août 2016, des rumeurs d’un nouvel album refont surface, mais il n’en est rien. Déjà connu pour être très mystérieux, le lyonnais serait-il en pleine préparation d’un retour ? Alors que nous allons célébrer le 5ème anniversaire de son album Aleph, il suffit de le réécouter en attendant son come-back qui devrait avoir lieu puisqu’il est en studio depuis plusieurs mois.

Panteros666 : 

L’ovni stylistique du label est à l’opposé de l’artiste précédent en terme d’activité. En effet, après la sortie réussie d’un album avec son collectif Club Cheval, Panteros se consacre désormais plus à sa carrière solo.

Panteros était déjà plutôt connu de manière individuelle avant la fermeture du label, avec plus particulièrement son morceau BABY F-16, mais aussi des perles comme Hyper reality ou Snaredrum Warfare.

Lors de l’été 2017, il a sorti un EP nommé Meteociel. Le single DAP est la représentation parfaite de son genre, qu’il nomme désormais potential euro-folklore”. Le morceau DAP en feat avec ARME est l’illustration parfaite de ce style. C’est d’ailleurs avec ce genre de clip qu’on peut réellement comprendre l’univers si travaillé de l’artiste. Particularité, ce clip 3D est fait à 360 degrés. Le nordiste a lancé par la même occasion son propre label appelé Hyperalliance, il organise d’ailleurs déjà des soirées dont les particularités sont les effets spéciaux et vidéos.

Panteros a su donc rester dans une certaine continuité depuis la fin de Bromance, son style s’affirme de plus en plus. On a hâte d’en voir encore plus en 2018.

Myd :

Autre membre de Club Cheval, Quentin Lepoutre de son vrai nom, est un artiste qui n’a pas baissé en productivité depuis la fin de Bromance. Bien au contraire : production hip-hop, house, il est partout. En 2017 il devient membre de Ed Banger, l’autre label français connu depuis maintenant bien longtemps dans les clubs du monde entier. On fait appel à lui pour la production de nombreux album hip-hop français, avec des artistes comme SCH ou encore Lacrim et Alonzo. Il a d’ailleurs reçu son premier disque de platine en 2016, pour son travail sur le premier album dSCH Anarchie.

En 2018, on pense voir son retour sur la scène house. La signature sur le label de Pedro Winter signifie sans doute un retour à la production de sons plus électronique, et connaissant la qualité du label et de l’artiste, nous serons bien servis. C’est d’ailleurs le cas sur un premier morceau sorti en octobre dernier, nommé All Inclusive, suivi d’un autre titre dans la même veine The Sun. On retrouve là son style décontracté présent sur la plupart de ses premiers morceaux. Il apporte un vent de fraicheur sur le label Ed Banger qui fête cette année ses 15 ans d’existence

Sam Tiba :

On en sait peu sur ce membre très discret de Club Cheval, qui plus est depuis la fermeture du label. Actif pendant l’ère Bromance avec une house planante, il a apportait une touche originale au label. On peut citer des morceaux comme Sunshine Pulse ou encore U Just Have To Be U. Depuis, ses créations se comptent sur les doigts de la main. Il a produit 2 morceaux pour Adamn Killa, I’m Goin et Guap. Depuis ça, il a simplement posté quelques mix sur son Soundcloud. Peut-être prend t-il une pause dans sa carrière, peut être prépare t-il un projet solo, ou un projet de groupe avec Club Cheval ? Toutes les pistes sont ouvertes. Une chose est sûre, on aimerait en voir plus en 2018.

Canblaster : 

Dernier membre de Club Cheval sur notre liste, Canblaster est la touche up-tempo du quatuor. Parmi ses faits d’armes, on retrouve des morceaux comme I Think About You, Clockworks ou I Can’t Wait,  La fermeture du label n’a pas affecté sa productivité, puisque son Soundcloud est toujours aussi actif.

Des mixtapes composées uniquement de créations originales au piano, en passant par des morceaux jouables en club, il touche désormais à tout. Il a récemment produit un remix du titre phare de Jacques Dans la radio. On peut aussi noter la présence d’un album nommé Continue composé de plusieurs tracks en tout genre, allant de remix funk à 150 de BPM, à sa house typique. Notons aussi au passage un remix de son confrère MYD sur le morceau Encore. Déjà bien réputé dans le milieu, il a eu le droit en 2016 à son propre Boiler Room à New York. Ce mix est l’exemple parfait de ce qu’il sait faire.

Louisahhh :

La seule femme du label, et pas la moindre, Louisahhh restera une figure importante de l’electro du début des années 2010. Sa collaboration avec Brodinski sur le célèbre Let The Beat Control Your Body en est l’exemple parfait. Elle aussi n’a pas chômé depuis l’an dernier, puisqu’elle continue de tourner sur de nombreuses scènes underground, et vient de sortir un nouvel EP au mois de de décembre intitulé A TRAP I’VE BUILT.

Cet EP est signé sur un label fondé en collaboration avec Maelstrom: RAAR. On peut par exemple noter la présence de Paula Temple ou encore Discord sur ce nouveau label à surveiller. Quelques morceaux délivrés en collaboration comme Rotted Arp avec Lapalux, ont aussi ponctués son année. Louisahhh est donc toujours aussi active, et ne semble pas prête de s’arrêter dans sa conquête de l’underground.

Surkin/Gener8on :

Un coup Surkin sous le label Marble, un coup Gener8on quand il fallait être présent avec Bromance, Benoit Heitz savait être sur tous les fronts. Avec sa house sonnant assez old school sous le nom de Surkin, avec des morceaux comme Oedo 606 ou Radio Fireworks, il a produit quelques morceaux plus innovant sous le nom de Gener8ion, comme The New International Song avec M.I.A.(Pour laquelle il a d’ailleurs produit le morceau Bad Girls), ou son remix de Röyksopp – I Had This Thing. Une collaboration avec la marque Kenzo en 2013 l’avait propulsé encore un peu plus.

Depuis la fermeture de Bromance, il est compliqué d’avoir des news musicales intéressantes de sa part. Très discret sur les réseaux sociaux,il n’a rien sorti depuis février dernier. Le label Marble, fondé avec Para One et Bobmo est à l’arrêt depuis 2015. Sans doute une période de pause pour le parisien qui, on l’espère, va vite nous faire danser lors de nouvelles soirées.

Les anciens membres du label ont donc tous pris des voies assez différentes. Même si une reformation semble impossible, on souhaite vivement revoir des collaborations de la part de la bande de Brodinski dans un futur proche, comme à la belle époque.

© NO IDENTITY, NO NAME

0 Comments

Leave a Comment

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives