1. Quand Youtube remix Lil Uzi Vert
  2. Le doux rêve de Gabriela Mendez
  3. Jersey Club
  4. Clip de la semaine : Kendrick Lamar ft. Jay Rock & Future – King’s Dead
  5. Behind The Camera : Jonathan Mannion
  6. Bromance Records : Que sont-ils devenus ?
  7. OFF WHITE PFW AUTUMN/WINTER 2018
  8. Clip de la semaine : « All The Stars » de Kendrick Lamar ft SZA
  9. RAP Francais : Ce qui va nous faire vibrer pour 2018
  10. Le vinyle : la multiplicité
  11. Dior Homme PFW Fall 2018
  12. Le clip de la semaine : Famous Dex – Pick It Up Feat. ASAP Rocky
  13. La place de Montréal dans le monde du streetwear #2
  14. Le féminin dans la musique électronique
  15. Le clip de la semaine : Cassie – Don’t Play It Safe
  16. Vivienne Westwood : Légende vivante
  17. “HUNCHO JACK, JACK HUNCHO”, review d’un album collaboratif
  18. NOS 5 MEILLEURS SHOW DE LA LONDON FASHION WEEK : MENS AW18
  19. Griby (Грибы) : Le rap venu de l’Est
  20. Angel par Ronan Guillou
  21. Le clip de la semaine : Bruno Mars – Finesse (Remix) Feat. Cardi B
  22. Qu’est-il arrivé à Tinashe ?
  23. Stop à la dépigmentation
  24. Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO
  25. Flume X Greenpeace
  26. Quand Graphisme rencontre photographie: GÉRARD IFERT
  27. Le clip de la semaine : Krisy – Belle
  28. Les premières écoutes
  29. Portrait : Ricardo Cavolo
  30. Mirror Mirror
  31. Portrait : Rustie
  32. HORS TENDANCES #1
  33. Le clip de la semaine : Kekra – Envoie La Monnaie 3.0
  34. GTA Tracklist: GTA III
  35. Le streaming musical, un business model taillé pour le 21ème siècle
  36. La lune : le soleil de la nuit
  37. Tout le monde se l’arrache !
  38. Joey Bada$$ nouveau directeur artistique de PONY
  39. LE MONDE PARALLÈLE DE JAMES JEAN.
  40. La techno va t-elle devenir mainstream ?
  41. Le clip de la semaine : London On Da Track- Whatever You On
  42. KOCHÉ : DE LA CENTRAL SAINT MARTINS À NEW YORK EN PASSANT PAR THE COMMUNITY
  43. La place de Montréal dans le monde du streetwear.
  44. Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?
  45. Petra Collins : maîtresse de la couleur
  46. L’artiste : tributaire face au temps
  47. Confession : La house dans tous ses états
  48. Sam Gellaitry : le jeune prodige

Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?

Le décès de Lil Peep a une valeur beaucoup plus universelle qu’on ne le pense. Sa carrière, évidemment trop courte, a été fracassée par le phénomène le plus puissant du moment, la codéine.

Cette drogue réapparue en 2015 a été médiatisée dans le rap, avec une abondance de titres et paroles toujours plus évocatrices de cette drogue alimentée par de nombreux laboratoires pharmaceutiques. Des stars ont été prises, la main dans le sac, et exposées malgré elles. Elle adopte plusieurs noms comme le « Purple Drank », « Lean », « Sizzurp » ou « Dirty Sprite ».

Popularisée par des rappeurs américains comme Future, Juicy J, Soulja Boy, Young Thug ou Lil Wayne ( qui a même été hospitalisé en 2013 après une surdose du savant mélange), force est de constater que cette substance, mal vue mais légale, a apporté son lot de hype et se différencie très facilement des autres, car elle se consomme dans un verre mélangé avec une boisson gazeuse ou de l’alcool. Sa couleur violette est devenue caractéristique et, pour beaucoup, vient s’ajouter voir remplacer le cannabis.

 

Aux États-Unis, les stars prises (ou supposées) la main dans le sac sont exposées sur les sites et dans la presse people. Bien sûr, cela ne fait qu’accentuer l’image cool du produit. Sa consommation augmente d’autant plus que les sirops pour la toux et les comprimés de prométhazine sont faciles d’accès en pharmacie. Voyant l’usage détourné de son produit et surtout la pub malencontreuse provoquée par l’association de son nom à cette pratique dérivée, la marque pharmaceutique Actavis a réagi. En 2014, elle a annoncé avoir pris la décision de cesser la production de son sirop. Selon Actavis : « Les médias ont rendu glamour l’usage illicite et dangereux du produit qui est contraire à son indication initiale ». D’autres marques continuent d’exister et la consommation ne cesse pas pour autant.

Les risques

La codéine et plus particulièrement les benzodiazépines et produits apparentés, entraîne d’importants risques. Que ce soit insomnie, anxiété, tension nerveuse, confusion, ou encore irritabilité, a faible dose le “lean” provoque un état d’engourdissement, de flottement et une forme de confusion mentale. Mais les risques augmentent fortement lorsque les doses s’accentuent : déréalisation, dépersonnalisation, hyperacousie, engourdissements et fourmillements des extrémités, hypersensibilité à la lumière, au bruit et au contact physique, hallucinations, crises épileptiques, voire pulsions suicidaires lorsque le patient présente un épisode dépressif. Ce ne sont plus de simples troubles du comportement ou de la mémoire mais bien une forte altération psychologique combinée à une dépendance exponentielle à chaque prise.

 

Le phénomène Purple Drank aujourd’hui

Le fait marquant de cette année est le décès du rappeur et ami de Lil Pump, Lil Peep.

Il est mort le 15 novembre 2017 a Tucson, Arizona. La cause de sa mort est une overdose dû au mélange entre du xanax et du fentanyl. L’artiste de 21 ans avait tweeté la veille au soir avoir pris 6 de ses gélules. Un séisme dans le Rap Game, qui, force est de constaté, a secoué bon nombre d’artistes. Quelques heures après l’annonce du décès, c’est Lil Uzi vert qui a déclaré “On aimerait arrêter… mais en a t-on quelque chose à faire quand on a été sous xanax toute l’année”, tout en apportant son soutien a la famille de la victime. Les jours suivant il ajoute vouloir totalement arreter “Deuxième jour de sobriété, j’en ai tremblé. J’ai insulté les gens que j’aime et je me bats. Je suis en studio et je ne pense à rien.J’ai une rage de dents car je veux juste être en colère contre quelque chose … Je fumerai peut-être de la weed ce soir”.

Son message est fort, face à la dépendance monstrueuse que cette drogue engendre, ainsi qu’au public parfois très jeune, et des parents ne se doutant pas que dans leur gobelet se cache une substance aussi addictive que ravageuse. Malgré cela, la drogue dure est devenue un problème d’envergure nationale symbolisé par un mouvement musical, devenu numéro 1 cette année.

Le nombre d’overdoses dues aux drogues a été multiplié par 2 en dix ans, passant d’environ 30 000 en 2005 à plus de 60 000 en 2016, comme le note le New York Times.

La drogue et les overdoses sont la première cause de mortalité non-naturelle au États-Unis devant les accidents par balles (n’excédant jamais 40 000 morts) et de voiture (52 000 morts en 1972).

Russ portant un T-shirt avec pour message “combien de Xanax et de Lean devrais tu prendre pour réaliser que tu es un naze”

Alors à qui la faute ?

En 2017, la société de l’image n’a jamais été aussi fructueuse. Les réseaux sociaux fortement alimentés, ainsi que les communautés de fans toujours plus impressionnantes, peuvent laisser penser que les rappeurs sont la cause même de ces phénomènes. L’influence médiatique d’un artiste ne s’arrête plus à sa musique, mais bel et bien à son style de vie, copié, calqué, interprété par une foule de fans de tout âge. Or, un rappeur aussi fantasque que Lil Pump marque des jeunes en recherche de repères, et leur construit une identité du fait de sa forte influence. La disparition de Lil Peep aura permis une prise de conscience collective, ainsi que l’initiative d’en finir pour beaucoup d’artistes avec cette substance qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

© NO IDENTITY, NO NAME

0 Comments

Leave a Comment

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives