1. Quand Youtube remix Lil Uzi Vert
  2. Le doux rêve de Gabriela Mendez
  3. Jersey Club
  4. Clip de la semaine : Kendrick Lamar ft. Jay Rock & Future – King’s Dead
  5. Behind The Camera : Jonathan Mannion
  6. Bromance Records : Que sont-ils devenus ?
  7. OFF WHITE PFW AUTUMN/WINTER 2018
  8. Clip de la semaine : « All The Stars » de Kendrick Lamar ft SZA
  9. RAP Francais : Ce qui va nous faire vibrer pour 2018
  10. Le vinyle : la multiplicité
  11. Dior Homme PFW Fall 2018
  12. Le clip de la semaine : Famous Dex – Pick It Up Feat. ASAP Rocky
  13. La place de Montréal dans le monde du streetwear #2
  14. Le féminin dans la musique électronique
  15. Le clip de la semaine : Cassie – Don’t Play It Safe
  16. Vivienne Westwood : Légende vivante
  17. “HUNCHO JACK, JACK HUNCHO”, review d’un album collaboratif
  18. NOS 5 MEILLEURS SHOW DE LA LONDON FASHION WEEK : MENS AW18
  19. Griby (Грибы) : Le rap venu de l’Est
  20. Angel par Ronan Guillou
  21. Le clip de la semaine : Bruno Mars – Finesse (Remix) Feat. Cardi B
  22. Qu’est-il arrivé à Tinashe ?
  23. Stop à la dépigmentation
  24. Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO
  25. Flume X Greenpeace
  26. Quand Graphisme rencontre photographie: GÉRARD IFERT
  27. Le clip de la semaine : Krisy – Belle
  28. Les premières écoutes
  29. Portrait : Ricardo Cavolo
  30. Mirror Mirror
  31. Portrait : Rustie
  32. HORS TENDANCES #1
  33. Le clip de la semaine : Kekra – Envoie La Monnaie 3.0
  34. GTA Tracklist: GTA III
  35. Le streaming musical, un business model taillé pour le 21ème siècle
  36. La lune : le soleil de la nuit
  37. Tout le monde se l’arrache !
  38. Joey Bada$$ nouveau directeur artistique de PONY
  39. LE MONDE PARALLÈLE DE JAMES JEAN.
  40. La techno va t-elle devenir mainstream ?
  41. Le clip de la semaine : London On Da Track- Whatever You On
  42. KOCHÉ : DE LA CENTRAL SAINT MARTINS À NEW YORK EN PASSANT PAR THE COMMUNITY
  43. La place de Montréal dans le monde du streetwear.
  44. Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?
  45. Petra Collins : maîtresse de la couleur
  46. L’artiste : tributaire face au temps
  47. Confession : La house dans tous ses états
  48. Sam Gellaitry : le jeune prodige

Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO

Connu pour son style extravagant et son franc parler, Corey Shapiro est une des plus grandes figures montréalaise dans le domaine de l’EYEWEAR mais aussi dans l’entrepreneuriat.

L’ouverture de son salon de coiffure pour hommes appelé “The Notorious Barbershop ainsi que ces différents bars à jus “Juicyy Lab” font de Shapiro un élément incontournable de la culture montréalaise.

 

C’est à l’âge de 19 ans que Corey.S  décide de créer un magasin de chaussures qui va durer pour près de huits mois. Le jeune montréalais considère que Montréal n’est pas fait pour la fashion de part sa population et son engouement envers la mode ce qui fut un facteur déterminant pour la fermeture de son shop et la création de Vintage Frames Company.

Il se peut que vous l’ayez croisé dans l’un des épisodes de GQ’s Most Expensivest Shit  où il fait découvrir au rappeur 2 Chainz une monture incrustée de diamants d’une valeur de près de $50,000.

L’entreprise fait parler d’elle grâce à ses nombreuses collaborations avec des artistes et marques de renommée mondiale.

Parmi ces artistes, nous pouvons citer A$AP Rocky, Lady Gaga, Rihanna ou encore J Balvin.

En ce qui concerne les marques, nous pouvons trouver les plus grands noms de la haute couture que ce soit Christian Dior, Céline et même Yves Saint Laurent. La liste d’artistes et de marques voulant s’attacher les services de Corey Shapiro est encore longue nous montrant le professionnalisme que représente aujourd’hui Vintage Frames.

Vintage Frames est une entreprise à l’échelle mondiale. L’entreprise possède près de 4000 paires chacune unique à l’autre et près de 250 000 montures en stock. Une variété pouvant s’adapter à tout style d’individus. VF se spécialise dans la vente de monture vintage comme son nom l’indique. Des montures venant tout droit des années 50 allant même jusqu’aux années 80.

Hormis le domaine artistique, Corey Shapiro nous indique dans une  interview avec Télé-Québec qu’il travaille aussi avec des hommes politiques et écrivains, mais que l’entreprise ne s’arrête pas qu’aux célébrités. Corey traite chacun de ses clients de la même manière dans chacun de ses business.

Corey Shapiro dans son salon de coiffure “The Notorious”

Malgré son succès, Corey Shapiro ne fait pas l’unanimité au sein de la ville québécoise. Beaucoup le voient comme un arnaqueur ou un homme sans aucun scrupule, son style de vie et son look à part entière ont su faire parler de lui. Le salon de coiffure “The Notorious” dans le quartier de     St Henri propose des formules à près de $1000 faites avec de la mousse à raser incrusté d’or avec des rasoirs spécialement fait pour le salon. Des coiffures que certains pourraient considérer hors de prix ou absurde.

La philosophie de Shapiro est d’avant tout d’aimer le processus. Il s’est toujours considéré comme un “artiste entrepreneur”, un homme perfectionniste qui a le goût des choses bien faîtes. Chacun de ces projets reflète son amour pour son travail et l’équipe qui l’entoure.

Corey Shapiro veut devenir quelqu’un de mémorable et laisser son empreinte dans la ville de Montréal qu’il considère toujours comme sa maison. Le succès qu’engendre ces différents business peut facilement lui permettre de partir dans des villes plus ouvertes avec une meilleure économie. Mais c’est sans compter l’amour qu’il éprouve pour la ville, Corey Shapiro au fil des années à su faire parler de lui tout comme de la ville montréalaise. Dans une interview avec le National Post, il dit trouver à Montréal un style de vie unique qui est très difficile à retrouver dans le monde.

© NO IDENTITY NO NAME

0 Comments

Leave a Comment

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives