1. Merci AVICII
  2. Le clip de la semaine – « ATM » de J. Cole
  3. Ghost is back
  4. 10 openings d’animes japonais emblématiques
  5. Les 4 tendances vestimentaires
  6. Le clip de la semaine : Dj Snake – Magenta Riddim
  7. Oboy, l’homme à suivre
  8. Skepta choisira la nouvelle génération de air max
  9. Pourquoi Murda va-être est le beatmaker star de 2018?
  10. HORS TENDANCES #2
  11. Le clip de la semaine : Asap Rocky – Asap Forever
  12. Un nouvel album pour les Arctic Monkeys
  13. Que peut-on attendre de « Isolation », le premier album de Kali Uchis ?
  14. K?d: L’américain à surveiller
  15. Une paire, une histoire : La Stan Smith
  16. Le clip de la semaine : Lil Skies – Welcome To The Rodeo
  17. Protégez vos oreilles
  18. La résurgence du Gothique
  19. Virgil Abloh se dirige vers Louis Vuitton
  20. Le clip de la semaine : Migos ft Drake – Walk it,Talk it
  21. TOP 5 : PARIS FASHION WEEK
  22. La culture manga dans le rap français
  23. FUKC: une rencontre
  24. Le clip de la semaine : Damso – Mosaïque Solitaire
  25. Du changement du côté de Burberry
  26. Tubes de couples
  27. Gucci Milan FW
  28. Le clip de la semaine : Camila Cabello – Never Be the Same
  29. Les étoiles montantes du R&B anglais
  30. [Review] Leather Teeth – Carpenter Brut
  31. MONCLER GENIUS /18
  32. Le clip de la semaine : Orelsan – Défaite de famille
  33. Seezy: Le beatmaker surprise de 2018
  34. Drake pourrait quitter Jordan et se tourner vers Adidas
  35. Le clip de la semaine : Gradur – Sheguey 12
  36. Quand Youtube remix Lil Uzi Vert
  37. Le doux rêve de Gabriela Mendez
  38. Jersey Club
  39. Le clip de la semaine : Kendrick Lamar ft. Jay Rock & Future – King’s Dead
  40. Behind The Camera : Jonathan Mannion
  41. Bromance Records : Que sont-ils devenus ?
  42. OFF WHITE PFW AUTUMN/WINTER 2018
  43. Le clip de la semaine : All The Stars de Kendrick Lamar ft SZA
  44. RAP Francais : Ce qui va nous faire vibrer pour 2018
  45. Le vinyle : la multiplicité
  46. Dior Homme PFW Fall 2018
  47. Le clip de la semaine : Famous Dex – Pick It Up Feat. ASAP Rocky
  48. La place de Montréal dans le monde du streetwear #2
  49. Le féminin dans la musique électronique
  50. Le clip de la semaine : Cassie – Don’t Play It Safe
  51. Vivienne Westwood : Légende vivante
  52. [REVIEW] “HUNCHO JACK, JACK HUNCHO”, review d’un album collaboratif
  53. NOS 5 MEILLEURS SHOW DE LA LONDON FASHION WEEK : MENS AW18
  54. Griby (Грибы) : Le rap venu de l’Est
  55. Angel par Ronan Guillou
  56. Le clip de la semaine : Bruno Mars – Finesse (Remix) Feat. Cardi B
  57. Qu’est-il arrivé à Tinashe ?
  58. Stop à la dépigmentation
  59. Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO
  60. Flume X Greenpeace
  61. Quand Graphisme rencontre photographie: GÉRARD IFERT
  62. Le clip de la semaine : Krisy – Belle
  63. Les premières écoutes
  64. Portrait : Ricardo Cavolo
  65. Mirror Mirror
  66. Portrait : Rustie
  67. HORS TENDANCES #1
  68. Le clip de la semaine : Kekra – Envoie La Monnaie 3.0
  69. GTA Tracklist: GTA III
  70. Le streaming musical, un business model taillé pour le 21ème siècle
  71. La lune : le soleil de la nuit
  72. Tout le monde se l’arrache !
  73. Joey Bada$$ nouveau directeur artistique de PONY
  74. LE MONDE PARALLÈLE DE JAMES JEAN.
  75. La techno va t-elle devenir mainstream ?
  76. Le clip de la semaine : London On Da Track- Whatever You On
  77. KOCHÉ : DE LA CENTRAL SAINT MARTINS À NEW YORK EN PASSANT PAR THE COMMUNITY
  78. La place de Montréal dans le monde du streetwear.
  79. Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?
  80. Petra Collins : maîtresse de la couleur
  81. L’artiste : tributaire face au temps
  82. Confession : La house dans tous ses états
  83. Sam Gellaitry : le jeune prodige

La culture manga dans le rap français

Les mangas, et plus particulièrement les animés, ont influencé toute une génération durant les années 90 et 2000. Ces 30 dernières années, la culture nippone s’est énormément répandue, et vos rappeurs préférés n’ont pas échappé à son influence. De Dragon Ball, en passant par One Piece ou encore Naruto, les références aux univers du genre sont très importantes aujourd’hui. On va donc essayer de comprendre comment cette culture s’est imprégnée aussi fortement dans le rap français, ou plutôt le rap francophone.

Qu’est ce qu’un animé ?

Posons d’abord les bases. Il ne faut pas confondre animé et manga. Un manga correspond aux bandes dessinés typiques japonaises comme on les connait le plus simplement, c’est à dire au format papier noir et blanc (ou couleurs). Un animé correspond à l’adaptation (généralement d’un manga) sous une forme visuelle animée, que ce soit avec des planches comme les dessins animés classique de Disney par exemple, ou en 3D comme certains Pixar. Que vous le vouliez ou non, il est improbable que vous n’ayez jamais été confronté à un animé, ils sont partout : les oeuvres de Miyazaki, Olive et Tom, Yu-Gi-Oh! ou encore Goldorak. Toutes les générations depuis les années 80 ont eu le droit à leurs séries mythiques. Pour l’anecdote, c’est le Club Dorothée qui a importé massivement des séries du pays du soleil levant. Ces séries n’étaient pas demandées à l’époque, et donc pas très coûteuses à programmer. On lui doit notamment la diffusion de Dragon Ball Z. Une fronde avec Ségolène Royal en cheffe de file, a rapidement été mise en place à l’époque, jugeant les animés trop violents, et vides de sens. Les temps changent.

Qu’est ce qu’un Shonen?

Parmis les différents types de mangas (Seinen, Shojo..) on retrouve le Shonen. En europe, le terme Shonen est utilisé pour désigner un type de manga. Au Japon, il signifie adolescent. Le terme shōnen est souvent utilisé par abus de langage pour parler de nekketsu (d’ailleurs c’est le nom du dernier titre de Cyborg de Nekfeu) . Le shōnen n’est pas un genre, le terme désigne la cible éditoriale du manga. C’est globalement de ce type de manga dont parle nos rappeurs favoris. Ce genre se distingue par une structure particulière. Le héros est la plupart du temps un jeune homme qui possède une quête à réaliser. On le suit lors de ses aventures, mais surtout lors des nombreux défis ou ennemis à vaincre. C’est souvent cette notion de surpassement qui est utilisée en modèle par nos rappeurs.

Pour ou contre les références ?

Le fait qu’un public comprenne une phase ou une référence d’un artiste lui fait toujours plaisir. Ces références permettent en premier lieu de faire passer un message, mais aussi de montrer son appartenance à une communauté de fans. C’est aussi un moyen d’illustrer, de personnifier le propos. Même si cela peut permettre un regain de notoriété à certaines oeuvres japonaises, l’objectif ici est de permettre surtout au public de se sentir plus proche du rappeur, qui leur laisse entrevoir des passions communes. Néanmoins, beaucoup d’amateurs de mangas s’attristent des références et ne les jugent pas assez exploitées, voire limitées. Il est vrai qu’il pourrait être plus intéressant de pousser à une réflexion plus profonde qu’à une simple référence. Contrairement à la première image que montre les animés (les associant souvent au monde des enfants à tord), ces derniers sont beaucoup plus profonds que cela. Effectivement, on peut le voir avec par exemple les leçons de vie que nous propose le professeur Onizuka dans GTO.

Quels rappeurs ?

Orelsan

Les mangas et animés font parties de l’image que renvoie le normand. Au départ, quelqu’un qui est déprimé, renfermé sur lui même, ne s’évadant qu’à travers d’autres univers. Que ce soit les mangas, les séries ou les films. Déjà dans Courez courez issu de Perdu d’avance il faisait une référence au célèbre Hunter X Hunter :  

“J’me réveille avec des p’tits yeux, après 19h ensuite j’me branle machinalement et j’lis des Hunter-X-Hunter”

Orelsan est un fan de la culture japonaise. Il faut savoir que “san” signifie “monsieur” en japonais. Rien qu’en cela, on peut comprendre l’importance de la culture japonaise pour Orelsan. L’artiste prête d’ailleurs sa voix à un anime. Il est la voix française de Saïtama dans One Punch Man.

On peut aussi ajouter que dans le clip Ils sont cools, on peut voir Orelsan et Gringe (prononcé Grainge et non Greenge) sont vêtus d’armures et de pouvoir nous laissant facilement penser aux chevaliers du zodiaques, qui, possédant des armures célestes, les placent chacun sous la protection d’une constellation.

Dans la communauté manga, on trouve les pro One Piece et les anti One Piece. Ce manga est souvent critiqué du fait de la durée de celui ci ainsi que la longueur des dialogues et le manque d’actions de certains épisodes. Orelsan ironisait déjà sur cela dans 2010 en disant J’ai regardé “One Piece” huit fois, les 460 épisodes”

PNL

Leurs longs cheveux n’est pas sans nous rappeler ceux des Samouraïs japonais. Les deux frères sont des fans de la culture japonaise il avait d’ailleurs samplé le célèbre compositeur Ryuichi Sakamoto pour Tchiki Tchiki.

Dans leur dernier projet ils ont nommé un de leur titres Onizuka. Cela correspond au nom du personnage principal de GTO, ce célèbre manga qui met en scène un professeur dans une école et qui propose des leçons bien différentes des professeurs ordinaires. Les deux frères s’identifient donc à Onizuka, ancien yakuza fidèle, honnête, respecté, ayant des valeurs et des principes auxquels il ne déroge jamais. Ces valeurs correspondent au discours de Ademo et N.O.S, qui ont toujours fait leur maximum pour faire vivre leur quartier, considéré comme leur famille. Le tout sans faire de bruit. Tout comme Onizuka, lorsqu’ils voient un obstacle ils ne vont pas l’éviter, mais essayer de le franchir en trouvant une solution comme ils l’ont fait avec la vente de drogue lorsqu’ils manquaient d’argent.

Les deux frères sont aussi fans de Dragon Ball Z. Nombreuses sont les références : qu’elles soient explicites ou plus subtils avec le clip Oh La La qui nous rappelle directement la planète verte de Piccolo : Namek.

Le point commun de ses héros comme Onizuka, Vegeta et Goku, C’est qu’ils doivent se battre constamment pour exister et faire face à toutes les difficultés. Malgré tout, ils restent bons, et ne plient pas. On en revient on discours principal de PNL : faites de l’argent ne haïssez pas.

Booba

L’un des pilliers du rap français, qu’on aime ou non, a lui aussi son lot de références à de nombreux animés. Bien que moins nombreux, ses clins d’oeils n’en sont pas pour autant moins pertinents. Booba étant né vers la fin des années 70, il n’a pas été autant influencé par la culture japonais que ses confrères. Il faut rappeler qu’en France, c’est le Club Dorothée qui a vraiment mis en avant ces dessins animés vers la fin des années 80. Pourtant, de Goldorak à Calimero (Même si il n’est pas japonais), en passant par Noritaka ou encore Dragon Ball, le Duc n’a pourtant pas été en panne d’inspiration en ce qui concerne l’illustration de ses tubes à l’aide d’oeuvres nippones.

Sur le classique Boite Vocale:  » J’prends pas le mic pour que la banlieue se fâche, chui là pour tout découper, B2ob-Astereo-Hache   » l’AstéroHache est l’arme la plus puissante de Goldorak, oeuvre un peu plus âgée que Dragon Ball, qui a donc bercé l’enfance de Booba.

One Piece est l’un des mangas récurrent chez le Duc, surtout récemment. Booba considère ses fans comme des Pirates nous rappelant directement l’essence même du manga. Si vous êtes curieux, dans le clip Pirates, on peut apercevoir le drapeau symbole de l’équipage de Luffy, personnage principal de l’oeuvre.

Dans Comme les autres Booba dit “Barbe noire, digne corsaire” rappelant directement Marshall D. Teach, dit Barbe Noire : un ancien corsaire l’étant devenu uniquement pour ses ambitions ; qui quitta son poste par la suite, d’où l’utilisation du mot “digne” qui en fait alors une phrase ironique. C’est aussi l’antagoniste majeur de l’oeuvre d’Eiichiro Oda.

On pourrait aussi dire que dans Génération Assassin, on entend  le rire de Brook, un célèbre personnage du manga, mais ce dernier correspond à la signature du beatmaker Ozhora Miyagi. Ceci dit, Booba n’a pas voulu le retirer de ce morceau.

Et là, vous voyez Booba avec un simple chapeau de paille ou le chapeau de Luffy ?

Nekfeu

Nekfeu est certainement avec Orelsan, un des plus grand fan d’animé. Il était prédestiné à être fan de cette culture, sachant que son prénom est Ken, nous rappelant le célèbre animé Ken le Survivant de l’enfer. Dans ses textes on peut entre autre entendre des références qui sont plutôt des clins d’oeils entre autre à Death Note, DBZ, One Piece, GTO, Hunter x Hunter ou encore Naruto.

L’un des meilleurs exemple est situé dans Martin Eden. Morceau d’introduction de son premier album, les premiers mots sont directement évocateurs de cette influence :

C’est le retour de Ken Masters, Kenshin, Kentaro, Ken ken ta sœur ”. Dans cette phrase, pas moins de 3 références mangas différentes. Ken Masters est donc un personnage de Street Fighter. Kenshin est un assassin, du manga Kenshin le vagabond. Enfin Kentaro est un personnage issu de Love Hina, connu pour sa courtoisie. Ses personnages tous différents ont donc pour but d’annoncer les multiples facettes du fennec sur cet album.

Nekfeu est donc un fan d’oeuvres japonaises diverses. Il n’hésite pas à en faire part, même dans le titre de ses chansons. On peut par exemple citer Nekketsu, morceau outro de son album Cyborg, en featuring avec Crystal Kay, une chanteuse japonaise. Dans Saturne, Nekfeu nous dit aussi “Mon passeport est couvert d’encre comme le dos d’un Yakuza”. Même si il n’y a pas de rapport précis avec un manga, on remarque encore ici l’influence du pays du soleil levant. Sans oublier la célèbre “Oui, je pense qu’à m’amuser mais, pour la coke, j’ai le nez de Krilin” sur le morceau On Verra. Les punchlines ou clins d’oeil sont donc très nombreux, cela fait aujourd’hui parti intégrante de l’univers de ce rappeur.

En ce début d’année, Nekfeu est d’ailleurs de retour au Japon. Le pays qui l’inspire tant est-il devenu son nouveau refuge artistique? On rappelle que le rappeur a annoncé qu’un album était en cours de route. Wait and see.

Django

Le monde de la référence et des clins d’oeils n’appartient pas seulement aux anciens. Les petits nouveaux aussi sont plein de ressources. Un des bons exemples en la matière, c’est Django. De son vrai nom Lazar Vachter, le parisien est une véritable mitraillette à référence. Il explose l’année dernière avec le morceau Fichu qui est l’exemple parfait de ce qu’il sait faire. Pas moins de 3 mangas différents cités, ainsi que des références à la culture japonaises à la pelle. Dans ce tube, on retrouve Dragon Ball (comme souvent), Yu-Gi-Oh!, et Crows Zero.

Connu pour son utilisation massive du mot “comme” à l’intérieur de ses textes, cela lui permet de croiser  un grand nombre d’éléments, issus d’oeuvres multiples. Son style est donc fortement marqué par les clins d’oeil à des nombreux univers différents comme les séries, les animés ou encore les jeux vidéos. Encore fois il va être difficile de tout citer ici, mais si vous aimez : Le Seigneur des Anneaux, Star Wars, Dofus, Naruto.. cet homme est pour vous. Dans ses derniers morceaux, on sent vraiment qu’il est train de développer un univers qui lui est propre, il continue à faire étalage de toute sa culture nippones avec son flow rapide. On espère vite le retrouver en 2018 pour en voir plus.

Quelques autres noms

Les artistes sont trop nombreux pour tous être tous cités ici, mais voici un bref résumé.

DBZ reste tout de même le manga qui a le plus influencé le rap français, c’est normal, c’est l’un des plus mythiques mais aussi un des plus anciens en terme de diffusion TV. Vous pouvez en entendre parler dans les textes de Médine, Kaaris, Rohff, Demi Portion (Qui en a fait une pochette sur Dragon Rash), Dinos Punchlinovic, Vald ou encore Dosseh.

En seconde place on retrouve One Piece avec entre autre Tengo John, Ol’ Kainry, Sams… 

Ensuite on retrouve Death note avec Lomepal , Dinos Punchlinovic, Josman, Kekra. Sans oublier Naruto avec Guizmo, Alpha Wann, Alkpote, Panama Bende.

Pour finir on peut évoquer des références à Hunter x Hunter avec des artistes comme Freeze Corleone, Tengo John.

Récemment, Zeu de Panama Bende a même réalisé un clip tiré de l’anime Hellsing, le voici juste ici.

NO NAME remercie Bouherrour pour le visuel de la miniature. N’hésitez pas à visiter son instagram.

© NO IDENTITY NO NAME

0 Comments

Leave a Comment

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives