1. Les radios de GTA Vice City
  2. Chanel Cruise 18/19
  3. Baile Funk
  4. Musée Yves Saint Laurent Paris
  5. Le Clip de la semaine : LSD – Genius
  6. Nowadays Records
  7. Post Malone retourne les charts
  8. La techno dans les lieux insolites
  9. Le retour de Kanye West
  10. Le Clip de la semaine : Roméo Elvis – L’amour avec des crocos
  11. Sneakers et Luxe, j’ai mal à mon podologue
  12. Palace revient en force !
  13. Le Diable ne va plus s’habiller en Prada ?
  14. Merci AVICII
  15. Le clip de la semaine – « ATM » de J. Cole
  16. Ghost is back
  17. 10 openings d’animes japonais emblématiques
  18. Les 4 tendances vestimentaires
  19. Le clip de la semaine : Dj Snake – Magenta Riddim
  20. Oboy, l’homme à suivre
  21. Skepta choisira la nouvelle génération de air max
  22. Pourquoi Murda va-être est le beatmaker star de 2018?
  23. HORS TENDANCES #2
  24. Le clip de la semaine : Asap Rocky – Asap Forever
  25. Un nouvel album pour les Arctic Monkeys
  26. Que peut-on attendre de « Isolation », le premier album de Kali Uchis ?
  27. K?d: L’américain à surveiller
  28. Une paire, une histoire : La Stan Smith
  29. Le clip de la semaine : Lil Skies – Welcome To The Rodeo
  30. Protégez vos oreilles
  31. La résurgence du Gothique
  32. Virgil Abloh se dirige vers Louis Vuitton
  33. Le clip de la semaine : Migos ft Drake – Walk it,Talk it
  34. TOP 5 : PARIS FASHION WEEK
  35. La culture manga dans le rap français
  36. FUKC: une rencontre
  37. Le clip de la semaine : Damso – Mosaïque Solitaire
  38. Du changement du côté de Burberry
  39. Tubes de couples
  40. Gucci Milan FW
  41. Le clip de la semaine : Camila Cabello – Never Be the Same
  42. Les étoiles montantes du R&B anglais
  43. [Review] Leather Teeth – Carpenter Brut
  44. MONCLER GENIUS /18
  45. Le clip de la semaine : Orelsan – Défaite de famille
  46. Seezy: Le beatmaker surprise de 2018
  47. Drake pourrait quitter Jordan et se tourner vers Adidas
  48. Le clip de la semaine : Gradur – Sheguey 12
  49. Quand Youtube remix Lil Uzi Vert
  50. Le doux rêve de Gabriela Mendez
  51. Jersey Club
  52. Le clip de la semaine : Kendrick Lamar ft. Jay Rock & Future – King’s Dead
  53. Behind The Camera : Jonathan Mannion
  54. Bromance Records : Que sont-ils devenus ?
  55. OFF WHITE PFW AUTUMN/WINTER 2018
  56. Le clip de la semaine : All The Stars de Kendrick Lamar ft SZA
  57. RAP Francais : Ce qui va nous faire vibrer pour 2018
  58. Le vinyle : la multiplicité
  59. Dior Homme PFW Fall 2018
  60. Le clip de la semaine : Famous Dex – Pick It Up Feat. ASAP Rocky
  61. La place de Montréal dans le monde du streetwear #2
  62. Le féminin dans la musique électronique
  63. Le clip de la semaine : Cassie – Don’t Play It Safe
  64. Vivienne Westwood : Légende vivante
  65. [REVIEW] “HUNCHO JACK, JACK HUNCHO”, review d’un album collaboratif
  66. NOS 5 MEILLEURS SHOW DE LA LONDON FASHION WEEK : MENS AW18
  67. Griby (Грибы) : Le rap venu de l’Est
  68. Angel par Ronan Guillou
  69. Le clip de la semaine : Bruno Mars – Finesse (Remix) Feat. Cardi B
  70. Qu’est-il arrivé à Tinashe ?
  71. Stop à la dépigmentation
  72. Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO
  73. Flume X Greenpeace
  74. Quand Graphisme rencontre photographie: GÉRARD IFERT
  75. Le clip de la semaine : Krisy – Belle
  76. Les premières écoutes
  77. Portrait : Ricardo Cavolo
  78. Mirror Mirror
  79. Portrait : Rustie
  80. HORS TENDANCES #1
  81. Le clip de la semaine : Kekra – Envoie La Monnaie 3.0
  82. GTA Tracklist: GTA III
  83. Le streaming musical, un business model taillé pour le 21ème siècle
  84. La lune : le soleil de la nuit
  85. Tout le monde se l’arrache !
  86. Joey Bada$$ nouveau directeur artistique de PONY
  87. LE MONDE PARALLÈLE DE JAMES JEAN.
  88. La techno va t-elle devenir mainstream ?
  89. Le clip de la semaine : London On Da Track- Whatever You On
  90. KOCHÉ : DE LA CENTRAL SAINT MARTINS À NEW YORK EN PASSANT PAR THE COMMUNITY
  91. La place de Montréal dans le monde du streetwear.
  92. Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?
  93. Petra Collins : maîtresse de la couleur
  94. L’artiste : tributaire face au temps
  95. Confession : La house dans tous ses états
  96. Sam Gellaitry : le jeune prodige

Clip de la semaine – « ATM » de J. Cole

Fidèle à lui-même, J. Cole a dévoilé son cinquième album ce vendredi, l’annonçant seulement trois jours avant. Inattendu, KOD prouve une nouvelle fois que le rappeur n’a pas dit son dernier mot et que le pouvoir de sa plume est toujours aussi fort. Quelques heures après sa sortie seulement, de nombreuses interprétations des différents morceaux de l’album, surtout de son titre phare, fleurissent un peu partout sur les réseaux sociaux.

KOD a trois significations : “Kids On Drugs”, “King OverDosed” et “Kill Our Demons”. Sorti le 20 avril (420), ce nouveau projet a comme thème principal l’addiction et les drogues, qu’elles soient dures, douces ou qu’elles prennent la forme de l’argent, de la consommation ou de la célébrité. “ATM”, le premier morceau du disque a avoir le privilège de recevoir un clip, parle justement de l’addiction à l’argent. J. Cole s’interroge comme il l’a souvent fait vis-à-vis de son statut de célébrité et surtout sur sa fortune, dénonçant – à nouveau – le fait que l’argent et la matérialité n’apportent pas forcément le bonheur mais sans autant prétendre qu’il est impartial à cette vie confortable et privilégiée. La poursuite de la richesse et de la célébrité est un thème important dans KOD et apparaît comme évident dans le clip de “ATM” réalisé par le fidèle collaborateur de J. Cole, Scott Lazer (qui a réalisé les deux documentaires sur son album 4 Your Eyez Only ainsi que la série HBO sur le Forest Hills Drive Tour).

La pochette de KOD, le cinquième album de J. Cole. / © Dreamville

Postée sur YouTube quelques heures après la sortie de KOD, la vidéo débute sur une séquence hallucinée qui évoque clairement la pochette de l’album, avant et arrière. Des enfants volants sur des boîtes des boîtes de médicaments – il faut le voir pour le croire ! – suivent un billet de banque qui est utilisé comme appât par J. Cole, lui-même habillé comme un roi et installé sur un trône. Le clip continue sur différentes scènes qui mettent clairement l’addiction à l’argent au centre du visuel, dénonçant également l’addiction au jeu – une drogue de plus. Dans une mise en scène toujours plus délirante et psychédélique, la fin de la vidéo met en avant l’addiction à la consommation. Pour pouvoir s’acheter une voiture, le rappeur donne un bras et une jambe à un concessionnaire peu surpris de la démarche (une interprétation littérale de l’expression anglophone “to cost an arm and a leg”).

Quitte à ne pas être très subtil, le clip de “ATM” illustre parfaitement le concept de l’album et les différentes significations que peuvent prendre son titre. “Kids On Drugs” évidemment dès la séquence d’ouverture, que ce soit aux médicaments prescrits sur ordonnance ou à l’argent (le rappeur et sa partenaire se faisant cambrioler par un groupe d’enfants). Mais aussi le plus introspectif “Kings OverDosed”, J. Cole apparaissant en roi dans la séquence d’ouverture et étant très conscient que, malgré le fait qu’il ai essayé de rester humble et discret tout au long de sa carrière, il ne peut pas s’empêcher d’apprécier la fortune et la célébrité qu’il a amassé ces dernières années. Enfin, “Kill Our Demons” de façon exagérée et dramatique lors du dénouement de la vidéo.

Comme l’a remarqué Genius, le clip de “ATM” n’est pas sans rappeler l’esthétique des clips de hip-hop des années 90, et plus particulièrement celui de “Gimme Some More” de Busta Rhymes, avec ses couleurs saturées ainsi que son univers et ses décors aux allures de “cartoons” qui permettent de créer une ironie et une véritable opposition entre le visuel et son message. La fuite de J. Cole et sa partenaire à la fin de la vidéo est clairement inspirée du film “Fear and Loathing in Las Vegas” (Las Vegas Parano) de Terry Gilliam dans lequel la drogue et l’addiction sont des thèmes centraux.

Étant donné l’attention qui lui est déjà accordée, il y a de fortes chances que KOD suive le chemin de 4 Your Eyez Only et profite d’un succès très satisfaisant aussi bien critique que dans les chartset sur les plateformes de streaming. Avec ce nouvel opus J. Cole peut se venter une nouvelle fois de n’avoir aucun featuring puisque le seul nom apparaissant sur la tracklist à côté du sien est celui du mystérieux kiLL edward, qui est en réalité l’alter-égo de Jermaine Cole. Inutile de préciser également que l’album est entièrement produit par le rappeur lui-même, avec la participation furtive de T-Minus et Mark Pelli sur “Kevin’s Heart”. Un excellent nouveau cru qui voit l’artiste américain réinventer petit à petit son univers tout en restant fidèle à lui-même, n’hésitant pas à remettre les points sur les “i” avec la nouvelle génération de rappeurs qui font la promotion de la drogue à travers leurs musiques avec la dernière piste de KOD, “1985 – Intro to the ‘Fall Off’ ” – teasant au passage une possible suite à cet album…

 

© NO IDENTITY NO NAME

0 Comments

Leave a Comment

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives