1. Les radios de GTA Vice City
  2. Chanel Cruise 18/19
  3. Baile Funk
  4. Musée Yves Saint Laurent Paris
  5. Le Clip de la semaine : LSD – Genius
  6. Nowadays Records
  7. Post Malone retourne les charts
  8. La techno dans les lieux insolites
  9. Le retour de Kanye West
  10. Le Clip de la semaine : Roméo Elvis – L’amour avec des crocos
  11. Sneakers et Luxe, j’ai mal à mon podologue
  12. Palace revient en force !
  13. Le Diable ne va plus s’habiller en Prada ?
  14. Merci AVICII
  15. Le clip de la semaine – « ATM » de J. Cole
  16. Ghost is back
  17. 10 openings d’animes japonais emblématiques
  18. Les 4 tendances vestimentaires
  19. Le clip de la semaine : Dj Snake – Magenta Riddim
  20. Oboy, l’homme à suivre
  21. Skepta choisira la nouvelle génération de air max
  22. Pourquoi Murda va-être est le beatmaker star de 2018?
  23. HORS TENDANCES #2
  24. Le clip de la semaine : Asap Rocky – Asap Forever
  25. Un nouvel album pour les Arctic Monkeys
  26. Que peut-on attendre de « Isolation », le premier album de Kali Uchis ?
  27. K?d: L’américain à surveiller
  28. Une paire, une histoire : La Stan Smith
  29. Le clip de la semaine : Lil Skies – Welcome To The Rodeo
  30. Protégez vos oreilles
  31. La résurgence du Gothique
  32. Virgil Abloh se dirige vers Louis Vuitton
  33. Le clip de la semaine : Migos ft Drake – Walk it,Talk it
  34. TOP 5 : PARIS FASHION WEEK
  35. La culture manga dans le rap français
  36. FUKC: une rencontre
  37. Le clip de la semaine : Damso – Mosaïque Solitaire
  38. Du changement du côté de Burberry
  39. Tubes de couples
  40. Gucci Milan FW
  41. Le clip de la semaine : Camila Cabello – Never Be the Same
  42. Les étoiles montantes du R&B anglais
  43. [Review] Leather Teeth – Carpenter Brut
  44. MONCLER GENIUS /18
  45. Le clip de la semaine : Orelsan – Défaite de famille
  46. Seezy: Le beatmaker surprise de 2018
  47. Drake pourrait quitter Jordan et se tourner vers Adidas
  48. Le clip de la semaine : Gradur – Sheguey 12
  49. Quand Youtube remix Lil Uzi Vert
  50. Le doux rêve de Gabriela Mendez
  51. Jersey Club
  52. Le clip de la semaine : Kendrick Lamar ft. Jay Rock & Future – King’s Dead
  53. Behind The Camera : Jonathan Mannion
  54. Bromance Records : Que sont-ils devenus ?
  55. OFF WHITE PFW AUTUMN/WINTER 2018
  56. Le clip de la semaine : All The Stars de Kendrick Lamar ft SZA
  57. RAP Francais : Ce qui va nous faire vibrer pour 2018
  58. Le vinyle : la multiplicité
  59. Dior Homme PFW Fall 2018
  60. Le clip de la semaine : Famous Dex – Pick It Up Feat. ASAP Rocky
  61. La place de Montréal dans le monde du streetwear #2
  62. Le féminin dans la musique électronique
  63. Le clip de la semaine : Cassie – Don’t Play It Safe
  64. Vivienne Westwood : Légende vivante
  65. [REVIEW] “HUNCHO JACK, JACK HUNCHO”, review d’un album collaboratif
  66. NOS 5 MEILLEURS SHOW DE LA LONDON FASHION WEEK : MENS AW18
  67. Griby (Грибы) : Le rap venu de l’Est
  68. Angel par Ronan Guillou
  69. Le clip de la semaine : Bruno Mars – Finesse (Remix) Feat. Cardi B
  70. Qu’est-il arrivé à Tinashe ?
  71. Stop à la dépigmentation
  72. Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO
  73. Flume X Greenpeace
  74. Quand Graphisme rencontre photographie: GÉRARD IFERT
  75. Le clip de la semaine : Krisy – Belle
  76. Les premières écoutes
  77. Portrait : Ricardo Cavolo
  78. Mirror Mirror
  79. Portrait : Rustie
  80. HORS TENDANCES #1
  81. Le clip de la semaine : Kekra – Envoie La Monnaie 3.0
  82. GTA Tracklist: GTA III
  83. Le streaming musical, un business model taillé pour le 21ème siècle
  84. La lune : le soleil de la nuit
  85. Tout le monde se l’arrache !
  86. Joey Bada$$ nouveau directeur artistique de PONY
  87. LE MONDE PARALLÈLE DE JAMES JEAN.
  88. La techno va t-elle devenir mainstream ?
  89. Le clip de la semaine : London On Da Track- Whatever You On
  90. KOCHÉ : DE LA CENTRAL SAINT MARTINS À NEW YORK EN PASSANT PAR THE COMMUNITY
  91. La place de Montréal dans le monde du streetwear.
  92. Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?
  93. Petra Collins : maîtresse de la couleur
  94. L’artiste : tributaire face au temps
  95. Confession : La house dans tous ses états
  96. Sam Gellaitry : le jeune prodige

Que peut-on attendre de « Isolation », le premier album de Kali Uchis ?

Après une mixtape, un EP, quatre singles qui nous ont mis l’eau à la bouche et de nombreuses collaborations allant de Gorillaz à Tyler, The Creator en passant par Juanes, Kali Uchis s’apprête à nous dévoiler ce vendredi son premier album, Isolation. Attendu depuis maintenant deux ans, ce disque a la lourde tâche de confirmer toutes les bonnes choses qu’on pense déjà de la chanteuse américano-colombienne et de son univers rêveur et sensuel. Entre R&B, reggaeton  et soul psychédélique, Isolation promet de très bonnes surprises. L’heure de faire le point sur ce que l’on sait à propos de ce premier opus et ce que l’on peut en attendre …

“Tyrant”, le premier extrait de l’album Isolation de Kali Uchis

DES SINGLES PROMETTEURS

En 2015, Kali Uchis nous offrait son premier EP, Por Vida, lui-même une suite de la mixtape Drunken Babble que la chanteuse avait écrite et produite à partir de “samples” dans sa chambre. Plusieurs titres de ces deux premiers projets ont permis à l’artiste originaire de Pereira de se faire connaître d’un public R&B et pop alternatif, notamment “Know What I Want”, “Loner” et “Never Be Yours”. Un an après la sortie de Por Vida, Kali Uchis dévoile “Only Girl”, une collaboration avec Vince Staples et Steve Lacy produite par KAYTRANADA dans laquelle la chanteuse inverse intelligemment les standards du hip-hop, faisant chanter son refrain par un artiste masculin et assurant elle-même les couplets. Ce morceau était un avant-goût de son premier album à venir.

Après une période de silence, Kali Uchis revient sur le devant de la scène en compagnie de la chanteuse britannique Jorja Smith, une autre étoile montante du R&B, avec “Tyrant”. L’influence psychédélique et rétro de ce titre de R&B a été parfaitement illustrée par un clip très esthétique qui a fait son effet sur la toile. Ont suivi deux singles et visuels très différents : le morceau de reggaeton latino “Nuestro Planeta”, enregistré avec la complicité de Reykon, et le très planant et rétro “After The Storm”, sur lequel Tyler, The Creator et le funkadelic Bootsy Collins ont posé leurs voix. Trois extraits très différents (si on ne compte pas “Only Girl” qui n’apparaîtra pas sur l’album) qui prouvent que les influences de Kali Uchis sont très variées et promettent de faire de Isolation un album de R&B éclectique.

DES INVITÉS DE MARQUE ET QUELQUES HABITUÉS

Kali Uchis en compagnie de son fidèle collaborateur et ami Tyler, The Creator. / © Odd Futre

Kali Uchis aura eu raison de nous faire patienter car pendant les trois années qui ont suivi la sortie de Por Vida, la chanteuse américano-colombienne s’est composée un joli carnet d’adresses. En plus des collaborateurs déjà annoncés, Isolation comprendra parmi ses invités le membre de The Internet Steve Lacy, qui était donc déjà apparu aux côtés de Kali Uchis sur le single “Only Girl”, et la rappeuse et protégée de Pharrell Williams, BIA.

Mais il faut également ajouter à cette liste un certain nombre de producteurs  stars : Sounwave (fréquent collaborateur de Kendrick Lamar), Damon Albarn du groupe Gorillaz, Kevin Parker de Tame Impala, le musicien Thundercat (Erykah Badu, Flying Lotus), DJ Dahi (qui a récemment signé plusieurs productions sur les albums de BANKS , Vince Staples ou de Kendrick Lamar, encore lui !), le faiseur de hits Greg Kurstin (“Chandelier” de Sia, “Hello” d’Adele), le producteur de rock alternatif Dave Sitek (Yeah Yeah Yeahs, Foals), le musicien anglais Two Inch Punch, fidèle collaborateur de la chanteuse Jessie Ware, et les surdoués BadBadNotGood qui sont derrière le single “After The Storm”. Une liste qui donne le vertige et qui prouve que s’il aura fallu trois ans à Kali Uchis pour compléter son premier opus, c’était pour s’assurer qu’elle était entourée par la crème de la crème musicale.

UN SON UNIQUE ET UNE PLUME VULNÉRABLE

Si l’on en juge par la liste des collaborateurs ou juste les trois extraits déjà dévoilés, Isolation s’annonce varié aux niveaux de ses influences. Précédemment intitulé Fool’s Paradise, l’album sera une véritable représentation musicale de la personnalité de Kali Uchis. La chanteuse promet qu’elle fera honneur à ses origines colombiennes : c’est en partie chose faite avec son morceau en compagnie de Reykon, un chanteur et rappeur colombien, mais aussi sur “Miami”.

Pour ce qui est des sonorités, nous savons d’ores et déjà que la pop-soul psychédélique qui est la signature de Kali Uchis sera au rendez-vous. Mais comme nous pouvons l’imaginer lorsqu’on jette un coup d’oeil à la liste des producteurs, chaque morceau aura ses propres spécificités. Si l’on en croit la première critique de Isolation publiée par le magazine Paste, les sonorités latinos sont bien au rendez-vous, ainsi que des influences hip-hop et neo-soul sur les chansons “Teeth In My Neck” and “Feel Like A Fool”. Que les auditeurs fans des cinglants “Know What I Want”  et “Ridin’ Round” se réjouissent, le premier opus de Kali Uchis comprendra quelques morceaux épicés comme “Miami” et “Dead To Me”.

Quant aux textes, ils seront personnels, Isolation prenant des airs de journal intime. La chanteuse confiait d’ailleurs à ce sujet récemment, lors d’une interview avec Konbini, que les thèmes lyriques de son premier opus se concentraient surtout sur son“passage à l’âge adulte, du fait d’apprendre à surmonter des périodes sentimentalement compliquées, et d’essayer de comprendre quelle est [sa] place dans ce monde”. Dans une autre conversation, cette fois avec son ami et fidèle collaborateur Tyler, The Creator pour le magazine Wonderland, la jeune artiste de 23 ans confiait que l’un des morceaux les plus up-tempos et les plus funs de son album était “In My Dreams”, sa collaboration forte en synthés avec Damon Albarn de Gorillaz, mais que son texte était profondément triste.

C’est peut-être ça le pouvoir de Kali Uchis, cette capacité à mélanger des mélodies chaudes, des productions planantes et accrocheuses avec une véritable mélancolie. Même s’il est un peu trop tôt pour prédire comment Isolation sera réellement, nous pouvons être certain qu’il sera à l’image de son interprète : sensuel, mystérieux, honnête, épicé et incroyablement original.

© NO IDENTITY NO NAME

0 Comments

Leave a Comment

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives