1. Les radios de GTA Vice City
  2. Chanel Cruise 18/19
  3. Baile Funk
  4. Musée Yves Saint Laurent Paris
  5. Le Clip de la semaine : LSD – Genius
  6. Nowadays Records
  7. Post Malone retourne les charts
  8. La techno dans les lieux insolites
  9. Le retour de Kanye West
  10. Le Clip de la semaine : Roméo Elvis – L’amour avec des crocos
  11. Sneakers et Luxe, j’ai mal à mon podologue
  12. Palace revient en force !
  13. Le Diable ne va plus s’habiller en Prada ?
  14. Merci AVICII
  15. Le clip de la semaine – « ATM » de J. Cole
  16. Ghost is back
  17. 10 openings d’animes japonais emblématiques
  18. Les 4 tendances vestimentaires
  19. Le clip de la semaine : Dj Snake – Magenta Riddim
  20. Oboy, l’homme à suivre
  21. Skepta choisira la nouvelle génération de air max
  22. Pourquoi Murda va-être est le beatmaker star de 2018?
  23. HORS TENDANCES #2
  24. Le clip de la semaine : Asap Rocky – Asap Forever
  25. Un nouvel album pour les Arctic Monkeys
  26. Que peut-on attendre de « Isolation », le premier album de Kali Uchis ?
  27. K?d: L’américain à surveiller
  28. Une paire, une histoire : La Stan Smith
  29. Le clip de la semaine : Lil Skies – Welcome To The Rodeo
  30. Protégez vos oreilles
  31. La résurgence du Gothique
  32. Virgil Abloh se dirige vers Louis Vuitton
  33. Le clip de la semaine : Migos ft Drake – Walk it,Talk it
  34. TOP 5 : PARIS FASHION WEEK
  35. La culture manga dans le rap français
  36. FUKC: une rencontre
  37. Le clip de la semaine : Damso – Mosaïque Solitaire
  38. Du changement du côté de Burberry
  39. Tubes de couples
  40. Gucci Milan FW
  41. Le clip de la semaine : Camila Cabello – Never Be the Same
  42. Les étoiles montantes du R&B anglais
  43. [Review] Leather Teeth – Carpenter Brut
  44. MONCLER GENIUS /18
  45. Le clip de la semaine : Orelsan – Défaite de famille
  46. Seezy: Le beatmaker surprise de 2018
  47. Drake pourrait quitter Jordan et se tourner vers Adidas
  48. Le clip de la semaine : Gradur – Sheguey 12
  49. Quand Youtube remix Lil Uzi Vert
  50. Le doux rêve de Gabriela Mendez
  51. Jersey Club
  52. Le clip de la semaine : Kendrick Lamar ft. Jay Rock & Future – King’s Dead
  53. Behind The Camera : Jonathan Mannion
  54. Bromance Records : Que sont-ils devenus ?
  55. OFF WHITE PFW AUTUMN/WINTER 2018
  56. Le clip de la semaine : All The Stars de Kendrick Lamar ft SZA
  57. RAP Francais : Ce qui va nous faire vibrer pour 2018
  58. Le vinyle : la multiplicité
  59. Dior Homme PFW Fall 2018
  60. Le clip de la semaine : Famous Dex – Pick It Up Feat. ASAP Rocky
  61. La place de Montréal dans le monde du streetwear #2
  62. Le féminin dans la musique électronique
  63. Le clip de la semaine : Cassie – Don’t Play It Safe
  64. Vivienne Westwood : Légende vivante
  65. [REVIEW] “HUNCHO JACK, JACK HUNCHO”, review d’un album collaboratif
  66. NOS 5 MEILLEURS SHOW DE LA LONDON FASHION WEEK : MENS AW18
  67. Griby (Грибы) : Le rap venu de l’Est
  68. Angel par Ronan Guillou
  69. Le clip de la semaine : Bruno Mars – Finesse (Remix) Feat. Cardi B
  70. Qu’est-il arrivé à Tinashe ?
  71. Stop à la dépigmentation
  72. Les yeux dans les yeux : COREY SHAPIRO
  73. Flume X Greenpeace
  74. Quand Graphisme rencontre photographie: GÉRARD IFERT
  75. Le clip de la semaine : Krisy – Belle
  76. Les premières écoutes
  77. Portrait : Ricardo Cavolo
  78. Mirror Mirror
  79. Portrait : Rustie
  80. HORS TENDANCES #1
  81. Le clip de la semaine : Kekra – Envoie La Monnaie 3.0
  82. GTA Tracklist: GTA III
  83. Le streaming musical, un business model taillé pour le 21ème siècle
  84. La lune : le soleil de la nuit
  85. Tout le monde se l’arrache !
  86. Joey Bada$$ nouveau directeur artistique de PONY
  87. LE MONDE PARALLÈLE DE JAMES JEAN.
  88. La techno va t-elle devenir mainstream ?
  89. Le clip de la semaine : London On Da Track- Whatever You On
  90. KOCHÉ : DE LA CENTRAL SAINT MARTINS À NEW YORK EN PASSANT PAR THE COMMUNITY
  91. La place de Montréal dans le monde du streetwear.
  92. Est-ce la fin de la hype autour du xanax ?
  93. Petra Collins : maîtresse de la couleur
  94. L’artiste : tributaire face au temps
  95. Confession : La house dans tous ses états
  96. Sam Gellaitry : le jeune prodige

Leather Teeth – Carpenter Brut

Carpenter Brut est un pilier de la synthwave, plus précisément de darksynth. Ce français est un grand nom de cette musique tout droit sorti des années 80’s, avec synthétiseurs bien de l’époque et une imagerie bien rétro, qui emprunte aux films de John Carpenter (sans lien de famille) par exemple. Mais vous connaissez forcément un de ses plus grands représentants, Kavinsky avec sa chanson Nightcall pour le film Drive.

Son dernier album remontait à 2015, Trilogy, qui était composé de ses trois précédents EPs. EP I en 2012, EP II en 2013 puis EP III en 2015. Plus grand chose par la suite à se mettre sous la dent, si ce n’est quelques collaborations pour des bandes originales de jeux vidéos comme Hotline Miami 2 ou Furi.

Nouvel Album

23 février 2018, Carpenter Brut sort son dernier album Leather Teeth. Pour unique promotion, deux teasers sur le compte YouTube de Carpenter Brut, dont un qui nous annonçait la date de sortie pour le 23 février 1987. Comme je n’ai pas réussi à trouver ma machine à voyager dans le temps, tout portait à croire que la date de sortie était pour le 23 février de notre année.

Les vidéos donnent le ton de l’album. Fidèle à la philosophie darksynth, les films d’horreurs des bonnes années 80 vont bon train. Les slasheurs sont à l’honneur avec l’histoire d’un adolescent qui tuent moult personnes dans son lycée, américain évidemment. Ce qui est plus étonnant est l’apparition d’image venant du heavy metal des eighties. Si Carpenter est connu pour étant un ancien métalleux, ils n’est pas sûr que sa déviation vers le style synthrock plaise aux puristes.

Leather Teeth introduit l’album et sonne comme une parole rassurante pour les amateurs de darksynth et de Carpenter Brut. C’est quand vient le second morceau que les choses se corsent.

Cheerleader Effect est bien différent de ce que l’on peut attendre de l’artiste français. On retrouve sur le morceau la voix de Kristoffer Rygg, un chanteur très connu de la scène black metal norvégienne. Son groupe Ulver est très célèbre pour avoir pousser ce genre très loin dans l’expérimentation, au point que Rygg soit désormais plus reconnu comme un musicien expérimental. Sa présence sur cette album montre les efforts de Carpenter pour pousser sa musique plus loin. Leur combinaison nous donne un morceau onirique et très puissant.

Sunday Lunch revient sur des bases plus classiques de la synth. Rappelant bien plus les plages ensoleillés de LA qu’Halloween de John Carpenter, le morceau est très chill, avec de nombreux solos de synthétiseur. On aurait qu’à ralentir le tout pour obtenir de la vaporwave. A noter la présence d’un solo de guitare très eighties, encore un rappel de l’ambiance rock de l’album.

Le morceau suivant, Monday Hunt, est quand à lui bien plus explosif. Avec ses nombreux synthétiseurs superposés, la track est très connotée synthwave, si ce n’était avec les solos de guitares tout droit sorti du heavy metal classique. Un simple changement d’instrument et le morceau est un bon métal bien péchu.

Inferno Galore est dans cette même vibe. Très puissant, il est n’est pas aussi infernal que les morceaux bien dark de Carpenter dans Trilogy. Par contre, on est ici sur un produit bien synthwave, la guitare restant cantonnée à l’arrière plan.

Beware the beast. Clairement l’un des meilleurs morceaux de l’album, clairement celui qui a demandé le plus de travail. La musique est évidemment un hommage aux années 80, mais bien plus au metal qu’à la new wave ou l’electro. Ultra catchy, la musique est chanté par Mat MacNerney, un autre grand nom du metal qui, comme Kristoffer Rygg, multiplie les projets. Beaucoup de synthés, beaucoup de guitares, si bien que la construction du morceau s’articule autour d’elle. Pour un amateur de metal des années 80, c’est le morceau le plus accessible. Assez kitch pour être apprécié sans trop l’être pour qu’elle devienne énervante.

Avant dernier morceau, Hairspray Hurricane est assez sautillant pour avoir donner envie à un comateux de faire des squats. Si le son est bon, il n’y a pas grand chose à dire en plus que sur les autres. Il se termine par un coup de tonnerre, qui sonne le glas de l’album.

End Titles, générique de fin. S’il commence en douceur, le morceau monte de plus en plus en intensité, jusqu’à arriver à des choeurs.

Conclusion

Que dire de cette album ? Carpenter Brut a clairement envie de fonder sa trilogie sur de nouvelles bases. Très certainement cet album marque le début d’une nouvelle ère pour Carpenter Brut, ne reniant pas Trilogy mais en prenant de nouvelles inspirations, bien plus rock. Mais ce n’est pas étonnant quand on sait que Carpenter Brut est à l’affiche du Hellfest.

© NO IDENTITY NO NAME

0 Comments

Leave a Comment

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives

Rejoins nous ici

INSTAGRAM

Archives